L’art vocal d’A Boogie Wit Da Hoodie, originaire de New York, se décline sous de nombreuses formes et il n’a jamais hésité à montrer ses sentiments. Sa musique représente souvent le côté plus doux des rues, remplie d’histoires d’amour, de perte et de quête de succès. Du projet inaugural célèbre “Artist” au très acclamé “Hoodie SZN” en passant par le plus récent “Artist 2.0”, A Boogie a prouvé maintes fois que sa marque particulière de rap mélodique a sa place dans le paysage du hip-hop.

Les tubes comme “Swervin” mettent en valeur sa capacité à créer un accrocheur refrain, tandis que des morceaux plus profonds comme “D.T.B. (Interlude)” exposent sa vulnérabilité lyrique. Avec des collaborations de poids avec des artistes de l’industrie tels que Offset, Tyga, Lil Durk et Young Thug, A Boogie s’est imposé et a livré des performances qui l’ont propulsé au premier plan du hip-hop nouvelle génération. Sa collaboration avec Roddy Ricch, Gunna et London On Da Track sur “Numbers” prouve également qu’il n’est pas un faire-valoir dans ce jeu.

Dans ce labyrinthe musical, nous parcourrons les sommets et les bas de la discographie d’A Boogie, disséquant les rimes, les beats, les accroches, les collaborations, les B-sides et les remixes – rien ne sera négligé. Nous allons décortiquer un corps de travail aussi diversifié que plaisant à écouter. Alors allons-y. De “Take Shots” à “Secrets”, voici les 31 meilleures chansons d’A Boogie classées du pire au meilleur.

25. MVP

“MVP” trouve A Boogie dans son sac, se vantant et se montrant. Ce morceau sert de déclaration à son attitude de bosseur – il travaille dur et s’attend à être reconnu. Le rythme est fort, mais le récit semble légèrement recyclé. Nous avons vu Boogie susciter le même sentiment dans ses autres morceaux, ce qui rend “MVP” quelque peu répétitif. Pourtant, ce qui est indéniable, c’est le jeu de mots astucieux et l’accroche contagieuse. Boogie sait comment créer des rimes accrocheuses qui captivent les auditeurs, et cette chanson ne fait pas exception. Bien que cela ne représente pas le meilleur de Boogie, “MVP” se démarque toujours dans sa discographie. Ce n’est peut-être pas sa bague de championnat, mais cela ajoute certainement à ses crédits dans le rap game.

24. Fall in Love

Le rappeur de NY met en valeur son talent pour une prestation détendue et mélodique. Le paysage sonore reposant et atmosphérique de la chanson lui permet d’expérimenter avec des harmonies douces, révélant un côté plus tendre souvent absent dans la dureté de ses autres morceaux. Cela étant dit, le thème de la chanson, une histoire d’amour et de chagrin typique, semble quelque peu éculé dans le jeu. Bien que ce morceau soit loin de représenter le summum de sa discographie, “Fall in Love” offre une démonstration correcte de la polyvalence qu’A Boogie apporte à la scène du hip-hop en constante évolution. En mettant les émotions au premier plan, c’est un témoignage de sa capacité à repousser les limites traditionnelles du genre.

23. Last Time (feat. G Herbo)

Une intersection entre le talent mélodique de A Boogie et l’énergie brute de G Herbo dans un récit de rue sur le fait de rester fidèle à ses racines. Le refrain de Boogie est émouvant, comme il l’est souvent, mais il y a une couche supplémentaire de rudesse. Son couplet, rempli de regrets et de réflexions, se marie parfaitement avec les rimes axées sur la réalité de Herbo. Leurs styles contrastés donnent à la chanson un aspect dynamique ; un mélange des vibes nées dans le Bronx de Boogie avec les racines de la Windy City de Herb. Malgré ce génie collaboratif, ce n’est pas le morceau le plus mémorable du catalogue de Boogie. Sans rien enlever aux deux artistes, ils ont individuellement sorti des singles plus puissants. Mais, malgré tout, le meilleur de A Boogie est parsemé tout au long de ce morceau, ce qui fait de “Last Time” une écoute décente mais loin de ses meilleures compositions.

22. Timeless (feat. DJ SPINKING)

Ce titre, avec la participation de DJ SPINKING, propose une ambiance relaxante qui est en parfaite harmonie avec le style d’A Boogie. Il repose sur une combinaison de rythmes de trap et une livraison douce et mélodique pour laquelle A Boogie est connu, marquant ainsi son développement artistique. Bien qu’il ne soit pas aussi percutant que ses meilleurs titres, il ne faut surtout pas le négliger. À une époque où le hip-hop court souvent après les tendances, “Timeless” se distingue justement par sa qualité intemporelle. C’est un exemple parfait de la façon dont A Boogie se démarque dans la scène hip-hop. Cependant, en tant que titre indépendant, il n’atteint pas tout à fait les sommets de sa discographie. C’est moyen, mais ça met dans l’ambiance.

21. Skeezers

Un conte moral sur les dangers d’être piégé par l’attrait des “skeezers”, un terme utilisé dans certains cercles de hip hop pour désigner les femmes recherchant un gain financier auprès d’hommes réussis. Les paroles révèlent crûment la paranoïa d’A Boogie vis-à-vis de la déloyauté et de la tromperie. Il manque les accroches contagieuses qui caractérisent certains de ses morceaux les plus forts, mais sa sincérité ajoute indéniablement de la profondeur à son œuvre. Musicalement, il ne fait pas de compromis avec une ambiance sonore sombre qui tisse un paysage sonore sinistre. Bien que ce ne soit pas du A Boogie de haut niveau, “Skeezers” est un morceau profond solide qui met en valeur la volonté du rappeur d’explorer les territoires inconfortables et vulnérables.

20. Numbers (feat. Roddy Ricch, Gunna and London On Da Track)

Voici ce qui se passe lorsque A Boogie apporte son lyrisme du Bronx pour collaborer avec des artistes tels que Roddy Ricch, Gunna et London On Da Track. Cette chanson est la preuve que le hip-hop est un effort collectif et, lorsqu’il est bien fait, il crée de la magie. La prestation fluide de Roddy Ricch associée au rap de style Atlanta de Gunna et à la production de London On Da Track donne lieu à une collaboration Est-Ouest difficile à ignorer. Cependant, pour une chanson avec des artistes de renom, “Numbers” ne frappe pas aussi fort qu’on pourrait s’y attendre. L’ambiance générale est un peu trop calme, les paroles manquent de profondeur et cela ne met pas en valeur tout le potentiel d’A Boogie. Donc, dans la grande toile de fond de la discographie d’A Boogie, “Numbers” ne se classe pas au sommet, mais n’est pas non plus en bas.

19. Startender (feat. Offset and Tyga)

Pas de mensonges, cette piste est une collision de rebond et de trap qui fera vibrer n’importe quel club. Cela dit, la présence d’A Boogie est parfois éclipsée par Offset et Tyga, qui se démarquent tous les deux, en particulier Tyga, qui est dans une période de retour en force. La production est glaciale comme un hiver dans le Bronx, mais sur le plan des paroles, c’est un peu basique – on parle de bouteilles de service et de voitures rapides. Pas de grandes prouesses à signaler. Cependant, c’est un tube et cela reste fidèle au style d’A Boogie : des flows mélodiques trempés dans l’autotune. Une piste de club à part entière, mais qui manque de profondeur que nous avons pu observer sur d’autres morceaux d’A Boogie.

18. 24 Hours (feat. Lil Durk)

Avec la participation de Lil Durk dans une alliance sans faille, mettant en valeur leur talent mélodique sur un rythme lent et captivant. La transition sans accroc de Durk dans la chanson le consolide en tant que l’une des voix redoutables de la scène du drill de Chicago. D’un autre côté, le mélange caractéristique d’A Boogie alliant paroles de rap hardcore et une tonalité R&B plus douce est pleinement exposé ici. Bien que la piste possède un charme inhérent, elle ne pousse pas vraiment les limites d’A Boogie en tant qu’artiste. Elle se situe quelque part au milieu de sa discographie, ni le summum de son artistrye ni une erreur embarrassante. Elle sert de rappel de sa capacité à collaborer efficacement tout en préservant l’essence de son style musical.

17. D.T.B. (Interlude)

Atterrissant au milieu de notre liste, cet interlude démontre à la fois une habileté lyrique et une profondeur émotionnelle, incarnant la crudité au cœur de l’art de A-Boogie. La chanson est un acronyme pour “Ne fais pas confiance aux p***”, adoptant à la fois une position endurcie et un cœur brisé, se lamentant de sa mélancolie pour un amour perdu et une trahison. C’est un aperçu du côté sombre de la romance dans le domaine du hip-hop, et A-Boogie n’hésite pas à dévoiler sa vulnérabilité. Une tranche d’introspection au milieu de son catalogue de morceaux plus évidents, cette chanson peut être un interlude, mais elle a la puissance d’un acte principal.

16. Just Like Me (feat. Young Thug)

Un tube marquant où A Boogie et Thugger unissent leurs forces lyriques pour créer un contraste complémentaire. A Boogie déploie son style de rap mélodique signature tandis que Young Thug apporte une touche excentrique et innovante qui n’appartient qu’à lui. La chanson explore les thèmes de la jalousie et des rencontres réussies, les deux artistes lançant des lignes percutantes sur leurs rencontres avec des femmes. Cependant, elle n’atteint pas tout à fait le statut monumental de certaines des meilleures œuvres d’A Boogie. Il y a une puissante énergie cinétique entre les deux artistes, mais elle semble légèrement sous-exploitée, et on ne peut s’empêcher de souhaiter qu’ils repoussent un peu plus les limites. C’est une chanson solide, mais qui n’exploite pas pleinement le potentiel collaboratif du duo.

15. Love Drugs and Sex

En faisant partie de son deuxième album studio, “Hoodie SZN”, ce morceau explore les complexités d’un amour entremêlé à la toxicomanie. La piste possède cette mélancolie caractéristique d’A Boogie, avec sa voix auto-tunée se fondant sur une sombre mélodie trap. Cependant, les paroles manquent de l’émotion percutante à laquelle nous sommes habituellement habitués de sa part. On dirait que Boogie est coincé dans une routine de thèmes répétitifs ici, ce qui rend ce morceau plutôt facile à oublier dans l’ensemble de sa discographie. Bon, ce n’est pas terrible, mais Boogie a sans aucun doute livré des performances plus puissantes que celle-ci.

14. Man in the Mirror

Ce morceau est le maestro de Highbridge dans toute sa réflexion, dévoilant ses vulnérabilités tout en explorant l’homme qui le fixe en retour. C’est un départ de son habituel braggadocio, offrant un aperçu révélateur du tourment mental que peut entraîner la célébrité. Le flow de A Boogie est en lui-même un miroir, reflétant le flux poétique de ses combats et de ses triomphes. Cependant, il n’est pas sans ses défauts, principalement dans ses accroches non abouties qui diluent quelque peu la sincérité de sa narration. Néanmoins, cette chanson témoigne de la capacité de A Boogie à se dévoiler sur le micro, en faisant un incontournable de son catalogue.

13. Her Birthday

La piste n’est pas la plus célèbre, mais c’est un exemple solide de son talent pour les récits émotionnellement chargés. A Boogie est toujours au sommet de son art lorsqu’il combine des beats trap avec des vibes R&B douces, et c’est exactement ce que “Her Birthday” offre. Malgré sa position moyenne, cette piste fait le poids et nous rappelle pourquoi A Boogie reste une force notable dans le hip-hop. Ce n’est pas sa chanson la plus percutante, mais c’est une représentation complète de son travail – intime, personnel et empreint de l’honnêteté brute qui lui a valu des fans à travers le monde.

12. Demons and Angels (feat. Juice WRLD)

Faisant équipe avec les rythmes émotionnels et bruts du regretté Juice WRLD, cette chanson se place confortablement à la 12e position de cette liste. C’est un morceau imprégné d’une ambiance mélancolique, reflétant les luttes auxquelles ils ont tous les deux été confrontés, peignant l’image d’un monde intérieur chaotique rempli de “démons” et d'”anges”. Le refrain est d’une résonance troublante, amplifié par la présence posthume de Juice WRLD. Bien qu’il puisse ne pas avoir le même impact que les chansons mieux classées, il reste un rappel frappant du talent immense de Juice WRLD et un témoignage de la volonté d’A Boogie de révéler les ténèbres intérieures, nous offrant ainsi une chanson imprégnée à la fois de désespoir et d’espoir.

11. MVP (feat. G-Eazy)

Un camarade d’équipe-tag sur une rythmique glaciale où le rappeur du Bronx et le meilleur de la Baie de San Francisco rivalisent pour atteindre le sommet. L’assurance confiante de G-Eazy équilibre le flow mélodique de A Boogie, et bien que G-Eazy ait ses moments ici, A Boogie est plus heureux dans son élément, incontestablement en train de dominer la rythmique avec plus de précision. C’est un morceau commercial, c’est certain, mais c’est aussi Boogie montrant qu’il peut se mesurer aux grands et ne pas perdre son rythme. Néanmoins, ce n’est pas son texte le plus lyrique ou le plus profond, il est donc logique de le classer au milieu, c’est le champion du Bronx prouvant qu’il peut jouer dans la cour des grands mais avec d’autres morceaux qui touchent une corde plus profonde.

10. Booby Trap

Montrant son talent pour créer des refrains entraînants. Malgré sa rythmique accrocheuse, ce n’est de loin pas son travail le plus captivant. Les paroles donnent souvent une impression de cliché, manquant de la profondeur que l’on trouve dans les meilleures compositions de cette liste. Bien que ce ne soit pas un titre jetable, il ne met pas en valeur la véritable polyvalence de l’artiste. Il manque l’approche narrative et la profondeur émotionnelle que les fans attendent de A Boogie. Dans l’ensemble, c’est un titre agréable mais il s’agit davantage d’un morceau accrocheur à la radio que d’un classique puissant de A Boogie sur le plan lyrique.

9. Me and My Guitar

Le natif de Highbridge laisse son cœur saigner sur cette piste, créant un hymne qui démontre son talent pour mélanger le hip-hop avec d’autres genres. La progression d’accords et le motif de batterie simple posent une base lisse, mais c’est la prestation émotive d’A Boogie qui vous maintient accroché. Ce n’est pas juste un autre hymne trap, c’est un aperçu de la vie d’un homme aux prises avec la célébrité et les pertes personnelles. Bien que certains puissent argumenter que ce n’est pas le meilleur d’A Boogie, la piste met en lumière son évolution musicale, en en faisant un morceau remarquable dans sa discographie. Comme le dirait A Boogie lui-même, c’est “différent”.

8. Swervin (feat. 6ix9ine)

“Swervin (feat. 6ix9ine)” est un morceau percutant de manière difficile à ignorer. Les couplets énergiques et la production indéniablement accrocheuse propulsent cette piste directement dans la liste de lecture de tout amateur de hip-hop. Maintenant, soyons francs – l’inclusion de 6ix9ine crée une ligne divisée dans la communauté du hip-hop en raison de ses antics en dehors du micro, mais indéniablement, le mec sait poser un couplet qui enflamme la foule. Il y a des moments dans “Swervin” qui vous donnent l’impression de rouler dans le Bronx tard la nuit, se sentant invincible. Mais sa position dans notre liste est impactée par les enregistrements solos plus forts de A Boogie, mettant en valeur la profondeur de son artistry. La chose sur laquelle nous ne pouvons pas discuter, c’est que “Swervin” a laissé une trace.

7. Jungle

“Jungle”, oh, ce morceau ici est pur et non coupé ! Un récit profondément personnel d’A Boogie. C’est simplement l’expérience brute d’un jeune homme naviguant dans les rues rugueuses de High Bridge, Bronx – sa propre jungle de béton. Mais ce n’est pas seulement une question de survie, nan, c’est à propos du grind, de l’ardeur qui pulse en lui. La narration, accompagnée d’une mélodie entraînante, vous invite dans son monde, dévoilant les luttes, les amours perdues et la volonté implacable de s’élever. L’impact de la chanson sur sa carrière ne peut être surestimé ; c’était un moment décisif, transformant A Boogie d’une sensation locale en acteur majeur du jeu. C’est pourquoi “Jungle” envoie du lourd – ce n’est pas juste de la musique, c’est une expérience vécue. L’un des morceaux les plus vrais du catalogue d’A Boogie, aucune question là-dessus !

6. Did Me Wrong

“Did Me Wrong” du catalogue de A Boogie se classe haut dans notre liste, et pour une bonne raison. C’est un morceau qui capture la profondeur émotionnelle et la versatilité vocale qu’il apporte à sa musique – un véritable témoignage de sa pertinence dans le monde du hip-hop. La mélodie de piano chargée et troublante souligne les paroles déchirantes de A Boogie, en en faisant une pièce exceptionnelle dans sa discographie. Il y a une honnêteté et une sincérité dans cette chanson qui marque un changement par rapport à son style habituel de “tube de boîte de nuit”. En écoutant les rimes habiles et la prestation brute, on ne peut s’empêcher d’acquiescer en accord avec l’émotion sincère. “Did Me Wrong” en dit long sur la capacité de A Boogie à créer des récits auxquels on peut s’identifier, montrant que le hip-hop est autant une question de narration que d’attitude.

5. Still Think About You

Sur le premier mixtape d’A Boogie intitulé ‘Artist’, se trouve une chanson qui creuse plus profondément dans la douleur et les méandres de l’introspection. Malgré sa position dans le milieu de cette liste, ne vous méprenez pas, cela ne diminue en aucun cas sa qualité. Cette chanson met en lumière le coin plus mélancolique et chargé d’émotions du répertoire de Boogie, avec ses paroles déchirantes et ses instruments qui tirent sur le cœur. Boogie juxtapose sa douleur avec un sentiment de trahison, vous faisant remuer la tête et verser une larme en même temps. Cette chanson n’est pas juste un autre hit, les amis. C’est une séance certifiée de thérapie musicale.

4. Look Back at It

4ème sur notre liste, “Look Back at It” d’A Boogie wit da Hoodie touche une corde, figurativement et littéralement. Non seulement un clin d’œil, mais un pressing à plein court envers le Roi de la Pop, Michael Jackson. A Boogie retourne un échantillon de “You Rock My World” de MJ avec finesse, le fusionnant dans un lament d’amour rempli de chagrin. Le MC du Bronx contemple un amour perdu si difficile que même le chat de rue le plus dur en Timberlands peut pleurer. L’utilisation astucieuse de l’auto-tune ajoute une couche de vulnérabilité difficile à secouer. C’est un mélange de chagrin hip-hop avec une lueur pop distinctive. Des phrases comme “Et elle a regardé en arrière, Seigneur, je ne sais pas” touchent le cœur de l’agonie de ne pas savoir où en est l’amour.

3. My Shit

Crachant des récits lyriques bruts comme si c’était naturel, il impose le respect à la fois par son flot dynamique et par son talent pour la narration. Un hit certifié, ce morceau témoigne du style unique d’A Boogie, un mélange harmonieux et brut qui le distingue dans le paysage du hip-hop. Le beat envoie du lourd, mais c’est l’émotion sincère dans la manière dont A Boogie le délivre qui touche le plus. C’est du rap introspectif à son meilleur, plongeant les auditeurs dans l’univers d’un rappeur qui n’a pas peur de montrer sa vulnérabilité et sa complexité. “My Shit” se positionne non seulement comme une vitrine des compétences d’A Boogie, mais aussi comme une incarnation de ce que le hip-hop peut et doit être : brut, authentique et émotionnellement résonnant.

2. Drowning (feat. Kodak Black)

Sans aucun doute l’un des morceaux les plus cool qu’A Boogie ait jamais sortis, il se hisse en haut de la liste, à la deuxième place. Ce titre est certifié diamant dans les rues, mettant en avant un riff de piano obsédant et le débit sucré d’A Boogie qui encapsule parfaitement la douleur derrière le bravade. Le contenu lyrique est l’un de ses plus profonds, tournant autour de la métaphore de se noyer dans l’argent, tout en suffocant sous la pression du succès et des trahisons qui l’accompagnent. Les couplets rauques de Kodak Black ajoutent de la saveur et une impulsion edgy au mélange. Le beat génial et les paroles poignantes de ce single le placent directement au panthéon du hip-hop, scellant ainsi la place d’A Boogie dans le jeu. Un morceau qui oscille entre les bas et les hauts de la vie du rap.

1. Secrets

A Boogie clôture notre liste à la première place avec ce hit. En tissant habilement ses mots sur une musique mélancolique, il se livre et peint un récit vivant. La narration dans cette chanson est ce qu’il fait de mieux, révélant des histoires de fautes passées, d’amour perdu et du prix à payer pour être sous les feux des projecteurs. La manière dont il peut passer d’un flow mélodique à des rimes percutantes montre la dextérité de son lyrisme. C’est un exemple parfait de la raison pour laquelle il est si respecté dans le jeu du rap. Dans “Secrets”, A Boogie illustre la complexité de son personnage, en faisant non seulement le meilleur de sa discographie, mais aussi un incontournable de toute playlist de hip-hop. Un véritable témoignage de sa stature dans le jeu. Tout simplement.

Plutôt écouter tous les albums de A Boogie ? On a ce qu’il te faut.

Related Posts